Aujourd’hui, voyageons un peu avec une recette asiatique délicieuse qui vous donnera la fierté de vous dire “c’est moi qui l’ai fait”, et “on dirait des vrais”. Végétarienne depuis belle lurette, et n’ayant jamais voyagé en Asie, je n’avais jamais eu l’occasion de goûter des banh bao (toujours à la viande ou aux fruits de mer ici …). Mais, ces petites brioches dont s’empifraient copieusement semblaient se délecter les personnages des dessins animés japonais que je regardais m’avaient toujours intriguées. Je ne me suis pas lancée dans la recette toute seule, non, j’ai d’abord attendu que mon amoureux m’en cuisine pour tout copier l’observer…

A l’origine, ces petites pains vapeurs sont blancs comme neige, immaculés. On peut obtenir ce résultat à la maison en achetant les sachets de farines toutes prêtes en épicerie asiatique. Mais j’ai préféré prendre des “vraies” farines, tant qu’on ne m’aura pas expliqué ce qu’on fait aux autres farines pour qu’elles soient plus blanches que blanches! Mes banh bao sont donc moins blancs, mais tout aussi bons!!

Pour la farce, laissez parler votre immagination! Et si vous en faites trop, pas de panique, le lendemain, avec un peu de riz, ça sera délicieux!

 

Banh Bao

pour 8 petits pains

 

Ingrédients :

pour la pâte :

  • 300 g de farine de blé (de la t45 pour quand même essayer d’avoir les banh bao les plus blancs possibles)
  • 50 g de farine de riz
  • 2 cuillères à café de levure de boulangerie sèche (soit un sachet)
  • 50 g de sucre (j’ai pris du sucre glace bio, toujours pour la blancheur^^)
  • 20 cl de lait de soja
  • 3 cullères à soupe d’huile

pour la farce :

  • 150 g de protéines blé/soja façon poulet (ou du tofu, du seitan…)
  • un demi poireau
  • un petit oignon
  • une grosse carotte
  • une petite poignée de shitakés séchés
  • une gousse d’ail
  • du shoyu (sauce soja)
  • une cuillère à café de miso
  • des graines de sésame

 

Préparation :

La pâte aura besoin de lever, prenez vous-y à l’avance!

Faites tiédir le lait, et délayez la levure avec. Ajoutez le sucre. Dans le bol de votre robot pétrin, mettez les farines, l’huile et le mélange lait/levure/sucre. Mettez en marche votre robot quelques minutes, le temps de former une pâte bien élastique. (tout ceci est largement faisable à la main).

Couvrez votre pâte et faites la lever pendant 2h.

Occupez vous de la farce : commencez par réhydrater les shitakés dans de l’eau bien chaude.

Epluchez ce qui a besoin d’être épluché, coupez ce qui a besoin d’être coupé (en petits morceaux de préférence) et faites revenir tout ça gentillement. Il n’est pas nécessaire que les éléments de la farce soient parfaitement cuits car ils cuiront à la vapeur par la suite. Quand les carottes commencent tout juste à s’attendrir, ajoutez le shoyu, le miso, et parsemez généreusement de graines de sésame, et retirez du feu.

Au bout des 2 heures de levée de la pâte, constatez avec joie qu’elle a au moins doublé de volume, puis étalez là au rouleau pour qu’elle ait une épaisseur d’environ 5mm. Petit conseil, la pâte est très très collante, un plan de travail fariné peut ne pas être suffisant, donc n’hésitez pas à l’étalez sur du papier cuisson si vous ne voulez pas vous arracher les cheveux au moment de décoller vos petits pains…

Munissez vous d’un bol (ou d’un emporte pièce) d’environ 15cm de diamètre, et découpez des ronds de pâte. Décollez un rond de pâte (c’est là que vous me remerciez pour l’idée du papier sulfurisé), et posez le dans votre main. Remplissez le de farce en vous servant du creux de votre main qui soutient la pâte pour donner la forme ronde du banh bao. Comme ceci :

Après, la partie rigolote, c’est de replier le banh bao pour qu’il soit fermé, mais surtout joli! Le banh bao peut revetir plusieurs aspects, et j’aime bien quand ils sont un peu striés. Je vous laisse regarder cette vidéo qui montre très simplement et clairement comment les fermer joliment. Chez moi ça a donné ceci :

ouais, y’a de l’idée, mais des progrès à faire…

Bon, le plus dur est fait, il ne reste plus qu’à les faire cuire. Je les ai fait cuire dans des paniers en bambou, mais avec le panier de votre cuit-vapeur, ça doit bien marcher aussi!

N’oubliez pas de disposer chaque banh bao sur une feuille de papier cuisson (ou un morceau de feuille de poireau inutilisé ) pour éviter qu’il n’accroche au panier. Placez le ou les paniers (ça s’empile, c’est magique!) sur une casserole avec un bon fond d’eau bouillante. recouvrez le dernier panier du couvercle, et faites cuire ainsi 20 minutes.

Laissez refroidir un peu, et… enjoy!!

(s’il vous en reste le lendemain, repassez les un coup à la vapeur ou au micro ondes pour leur redonner vie)